vendredi, 18 août 2017
 

« 24 heures sans nous, une journée sans immigrés » : Focus sur Marseille

Suite à l’appel à la mobilisation du 1er mars 2010 du collectif "La journée sans immigrés", ASIDCOM était au rendez-vous devant l’Hôtel de ville de Marseille sur le Vieux-Port.

Alors, de quoi s’agit-il exactement ? Pour définir au mieux ce collectif et ses objectifs autant dire ce qu’il n’est pas.

Tout d’abord ce n’est pas mouvement partisan, il ne veut s’inscrire dans aucune dimension politique et religieuse. Ce n’est pas non plus une grève mais un rassemblement humaniste sur le parvis de chaque Hôtel de ville, symbole politique emblématique de notre République.

Et ce n’est pas un mouvement qui se construit à contre-courant de la République française mais bien au contraire en faveur de celle-ci.

L’objectif ?

Durant cette journée, il ne faut ni consommer, ni travailler et s’efforcer de manifester efficacement sa présence dans l’absence. Le Manifeste du collectif est clair et non dépourvu d’arguments :

JPEG - 62.9 ko
24h sans nous

« Nous, femmes et hommes, de toutes croyances, de tous bords politiques, et de toutes couleurs de peaux, immigrés, descendants d’immigrés, citoyens conscients de l’apport essentiel de l’immigration à notre pays, en avons assez des propos indignes tenus par certains responsables politiques visant à stigmatiser ou criminaliser les immigrés et leurs descendants.(…) Les immigrés et descendants d’immigrés ont manifesté à maintes reprises pour défendre leurs droits. Et en retour, ils n’ont reçu que mépris ! Aujourd’hui, puisqu’il est convenu que « la consommation est le moteur de la croissance », nous voulons agir sur ce levier pour marquer notre indignation. Notre action citoyenne a pour objectif la mise en valeur de l’apport de chacun d’entre nous à la prospérité générale. Nous avons tous le pouvoir d’agir sur notre avenir alors, prenons-le !

En France, l’initiative veut être historique et réveiller les consciences. Et c’est tout le bien que nous lui souhaitons !

Or, malgré l’enthousiasme que suscite ce mouvement, quelques doutes subsistent pourtant… Il faut bien être critique pour avancer. En effet, il faut constater une diffusion de l’information auprès des populations peu étendue malgré une bonne couverture médiatique, et la présence de certains groupes politiques, de droite comme de gauche, et celle de nombreuses associations. Une stratégie de communication efficace est à revoir pour l’année prochaine.

Et quel est l’impact réel de cette abstinence économique ? Sûrement insignifiant aujourd’hui compte tenu de la mobilisation réelle. Mais ne soyons pas pessimistes, ce n’est que la première année, en souhaitant que le mouvement ne s’essouffle pas et garde le cap en se préservant des écueils qui pourraient menacer la bonne marche de ses actions (ambitions individuelles, récupération opportuniste du mouvement par d’autres groupes, manipulations politiques, entre autres…)

FOCUS SUR MARSEILLE

JPEG - 136.6 ko
Journée sans immigrés - Vieux-Port de Marseille

Je dois avouer une petite pointe de déception quant au nombre limité de manifestants rassemblés devant l’Hôtel de ville de Marseille hier, une bonne centaine tout au plus.

Une mobilisation certes encourageante pour un premier contact avec la rue mais en deçà de ce que l’on pourrait espérer d’une cité comme Marseille. Une question me turlupine alors…Mais où était donc cette communauté phocéenne bigarrée et cosmopolite qui se targue pourtant si souvent d’être la ville la moins complexée de sa diversité dans notre République bien tourmentée ces derniers temps ?

Probablement en train d’engloutir sur le pouce, mais en toute convivialité bien sûr, les kebabs de qualité douteuse qui font la fierté de notre belle cité ! Le choix horaire (entre 12h et 14h) était sans doute peu judicieux compte tenu de la sacralité du déjeuner en méditerranée. Le sacrifice était trop lourd semble t-il !

Force est d’admettre que l’action de ce collectif naissant a sans aucun doute le mérite de rappeler à chacun que consommer est un acte de citoyenneté et de responsabilité.

La consommation est un mode d’action percutant, efficace et fécond, véhiculant une nouvelle définition de l’identité de l’immigré : non plus celle de l’immigré exploité et méprisé, fourmi insignifiante de cette main d’œuvre muette car bâillonnée… ou passivement silencieuse par autocensure et mésestime de soi.

Etre immigré ou enfant d’immigré, c’est ne plus être un invité à perpétuité. Etre immigré ou enfant d’immigré, c’est enfin prendre conscience et faire prendre conscience que pour être un acteur investi, à part entière, dans le développement économique, politique et social de la nation , il faut d’abord être un consommateur averti.

Or, citoyenneté et responsabilité ne riment pas avec crédulité !

En outre, cet événement nous interpelle sur le fait que l’immigration ne peut plus être perçue à travers le prisme de la méfiance et des monstres imaginaires et puérils qui terrorisent l’inconscient collectif depuis bien trop longtemps déjà mais elle doit être considérée désormais comme un gage de prospérité, ce à quoi elle aspire ardemment, la naissance de ce collectif LJSI cette année en France et d’ASIDCOM en 2006 en témoigne avec force.

Ainsi, consommer c’est tout simplement exister. ASIDCOM avait déjà mesuré toute l’importance de cet acte il y 4 ans de cela et poursuit sans relâche sa mission grâce au soutien inconditionnel de ses adhérents et de ses bénévoles.

Alors, Bienvenue au collectif « 24 heures sans nous, une journée sans immigrés » dans l’univers humaniste des revendications populaires. Rendez-vous l’année prochaine pour festoyer autour de la table de la diversité, où le menu fade à choix unique est banni !

Khadidja pour ASIDCOM


Galerie photos de la journée sans immigrés à Marseille - le 1 mars 2010

JPEG - 153.1 ko
Journée sans immigrés (1)
JPEG - 116.8 ko
Journée sans immigrés (2)
JPEG - 182.7 ko
Journée sans immigrés (3)
JPEG - 112.6 ko
Journée sans immigrés (4)

Voir en ligne : Collectif "La journée sans immigrés"


 
A propos de ASIDCOM
A propos d’ASIDCOM Créée en 2006 et présidée par Abdelaziz Di-Spigno jusqu’à juin 2011, l’association ASIDCOM est une association de consommateurs musulmans, déclarée ( type loi 1901) le 3 octobre 2006 en Préfecture des Bouches-du-Rhône, puis déclarée le 28 janvier 2013 à la Préfecture du Nord et elle (...)
En savoir plus »