samedi, 24 juin 2017
 

2ième Conférence mondiale de l’OIE sur le bien-être animal : Une Fatwa de Saîd Tantawi contre l’étourdissement des animaux dans le cadre de l’abattage rituel

La deuxième conférence de l’OIE (Organisation mondiale de la santé animale) sur le bien-être animal s’est tenue au Caire, du 20 au 22 octobre 2008. Cette conférence a bénéficié du soutien du gouvernement Egyptien, d’après le communiqué de presse sur le site de l’OIE :

« L’Égypte soutient pleinement les activités de l’OIE en faveur du bien-être animal et est particulièrement honoré d’accueillir cette importante manifestation, qui marque une avancée mondiale en la matière », a déclaré M. Amin Abaza, ministre de l’Agriculture de l’Égypte, lors de la Conférence. »

Suite à la demande des associations de protection animale, l’union des savants de la recherche Islamique s’est réuni, en urgence, pour traiter juridiquement de point de vue islamique, la question de l’étourdissement des animaux sacrifiés à des fins de consommation humaine. La réunion s’est déroulée sous la présidence du docteur Saîd Tantawin cheikh de la prestigieuse université d’Al-Azhar. Suite à cette rencontre, une Fatwa interdisant l’étourdissement des animaux dans le cadre du sacrifice rituel, a été émise :

Titre de la Fatwa : l’électrisation (électronarcose) des animaux au lieu de l’égorgement est illicite (Haram)

  • Selon le journal Raya : « L’union des savants de la recherche Islamique ont refusé, lors d’une réunion en urgence sous la présidence du docteur Saîd Tantawi, Cheikh Al-Azhar, d’accepter quelques demandes des associations mondiales de protection animale, concernant le remplacement de la méthode islamique de sacrifice, qui ne correspond pas (d’après ces associations) aux droits et au bien être animal, par l’étourdissement à l’électricité (électronarcose) ou le pistolet d’abattage. De même ces associations demandent de ne pas tuer les chiens errants en Egypte. Mais les savants sont tous d’avis que l’Islam a établi les droits de l’Homme avant la fondation des Nations Unies et ses commissions et ses organisations, de quatorze siècles. L’Islam a même établi les droits de l’animal et a insisté sur son bien être. Et on rapporte même que le prophète (SAAWS) a parlé d’un homme qui est entré au paradis pour être descendu dans un puits recherchant de l’eau afin d’assouvir la soif d’un chien terrassé par la soif,après l’avoir rencontré sur son chemin. Le chien a alors remercié Dieu pour cet homme ce qui lui a fait pardonné ses péchés. Le prophète (SAAWS) a aussi parlé d’une femme qui est entré en enfer, pour avoir enfermé une chatte et la privé de nourriture. Et ceci (le fait d’inciter sur le bien être animal et ses droits dans l’islam) s’est bien passé, avant que le monde reconnaisse le droit de l’Homme ou de l’animal. »

(Traduction ASIDCOM) - Version originale de la source arabe-

A cet effet, nous pouvons aussi constater que l’OIE a déclaré, dans le même communiqué de presse, leur intention de respecter les libertés religieuses dans leurs stratégies régionales :

« Les stratégies régionales de l’OIE sont le cadre de l’action concertée des Membres de l’OIE en faveur de la mise en œuvre effective des normes sur le bien-être animal et de ce fait devraient contribuer à combler les lacunes. Ces stratégies prennent en compte notamment les différentes cultures et pratiques existantes au niveau régional. »

de même :

« Les représentants de l’industrie présents à la Conférence ont souligné les contraintes liées aux différents contextes économiques et culturels et ont déclaré que : « … Les acteurs économiques s’accordent à reconnaître que les exigences relatives au bien-être animal doivent être fixées à partir d’une base mondiale commune et valable pour tous ».

enfin :

« Les participants se sont déclarés favorables à une harmonisation fondée sur des bases transparentes, démocratiques et scientifiques des normes relatives au bien-être animal… »

Références

- Source originale en arabe
- communiqué de l’OIE : Deuxième Conférence mondiale de l’OIE sur le bien-être animal, « Pour une application effective des normes de l’OIE », Le Caire, Égypte, 22 octobre 2008.
- A voir aussi, le dernier éditorial du directeur général de l’OIE : Mieux nourrir la planète en luttant contre les maladies animales, Bernard Vallat, 16 octobre 2008


 
A propos de ASIDCOM
A propos d’ASIDCOM Créée en 2006 et présidée par Abdelaziz Di-Spigno jusqu’à juin 2011, l’association ASIDCOM est une association de consommateurs musulmans, déclarée ( type loi 1901) le 3 octobre 2006 en Préfecture des Bouches-du-Rhône, puis déclarée le 28 janvier 2013 à la Préfecture du Nord et elle (...)
En savoir plus »