vendredi, 23 juin 2017
 

Communiqué : Manuel Valls va-t-il réformer le Halal ?

Le Premier Ministre a affirmé aujourd’hui, à Strasbourg, qu’Il n’y aura pas de loi, il n’y aura pas de décret, il n’y aura pas de circulaire pour dire ce que doit être l’islam", … "Il n’y aura pas de tutelle, pas de privilège particulier. Jamais l’Etat ne prendra le contrôle d’une religion ou d’un culte".

Il a aussi déclaré qu’il ne faut pas laisser la situation des musulmans en France se dégrader. Il veut apporter des réponses aux compatriotes et concitoyens de confession musulmane.

ASIDCOM invite donc le Premier Ministre à inclure la question de l’abattage rituel à la réforme de l’islam de France. La situation des droits des musulmans dans ce champ est en effet plus que dégradée. Des incompréhensions règnent au sein de la communauté musulmane sur le rôle de l’état. Les musulmans ne demandent qu’à bénéficier d’une garantie fiable pour leur droit du libre exercice du culte de l’abattage religieux et de consommer selon leurs convictions religieuses.

Il y a, en particulier, trois mesures fondamentales à prendre en urgence :

-  Abroger les modifications introduites à l’article R214-70 par le décret du 18 décembre 2009 : Ces modifications restreignent la définition de l’abattage rituel aux pratiques sur le marché du halal, complètement désorganisé. Aussi, ce décret donne droit au ministre de l’Agriculture de fixer par arrêté des méthodes d’étourdissement "qui seraient" compatibles avec la pratique de l’abattage rituel.

-  Pour qu’il n’y ait pas de tutelle de l’état sur le halal, il faut transférer les travaux de la commission AFNOR « denrées alimentaires halal » sous l’autorité d’une institution musulmane apte à représenter la communauté. Certainement cela ne pourra pas être l’instance de dialogue, dont les membres seront désignés par l’état. Il faut une institution dont les membres soient élus, démocratiquement, par les responsables du culte.

-  Abrogation des agréments des trois mosquées

D’ailleurs, le Premier Ministre a déjà déclaré vouloir doter l’islam de France d’une indépendance financière de l’étranger. Il a aussi avancée la possibilité de faire appel au revenu du marché halal. Ceci parait tout à fait envisageable, aux seules conditions, de regagner la confiance des consommateurs musulmans, par les réformes susmentionnées.

Crédit photo : capture écran BFMTV



modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

 
A propos de ASIDCOM
A propos d’ASIDCOM Créée en 2006 et présidée par Abdelaziz Di-Spigno jusqu’à juin 2011, l’association ASIDCOM est une association de consommateurs musulmans, déclarée ( type loi 1901) le 3 octobre 2006 en Préfecture des Bouches-du-Rhône, puis déclarée le 28 janvier 2013 à la Préfecture du Nord et elle (...)
En savoir plus »