lundi, 1er mai 2017
 

Halal : Le Codex Alimentarius s’intérresse aux revendications des consommateurs musulmans

Le 4 avril 2016, l’organisation mondiale des consommateurs musulmans (WMCO), a adressé un courrier au Codex Alimentarius au sujet de ses lignes directrices pour le Halal. En effet, l’organisation référence pour les normes alimentaires internationales, entendait, entre autres, réviser ses lignes directrices pour l’usage de la mention halal, sur la base d’une proposition égyptienne, lors de ses travaux du 9 au 13 mai 2016.

La lettre de WMCO a souligné les principes religieux devant être respectés, lors de travaux de normalisation pour l’harmonisation des pratiques industrielles de la filière halal. Mais elle a aussi rappelé que :

"...les minorités religieuses luttent pour sauvegarder leurs libertés religieuses dans les pays à majorité non-musulmane. Malheureusement, l’abattage rituel est cible de restrictions et interdictions dans ces pays. Ainsi, les consommateurs musulmans rejetteront sans doute des lignes directrices allant à l’encontre de leurs efforts pour protéger leurs croyances religieuses concernant la viande et les aliments halal et la transmission de ces croyances et pratiques islamiques à leurs enfants. Les industriels qui souhaitent produire des produits carnés, des boissons, des ingrédients alimentaires et autres aliments halal doivent s’adapter aux besoins réels des consommateurs musulmans dans le monde tels qu’ils sont prescrits par la religion musulmane."

Le rapport de la session du Codex, qui a eu lieu à Ottawa (Canada), [1] est rendu public récemment. On peut y apprendre que la France était représentée par :

- La DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes)
- La DGAl (Direction Générale de l’Alimentation)
- Le Directeur des affaires publiques de Danone

le rapport souligne aussi des avis exprimés lors des travaux, dont :

- La révision du Codex peut conduire à la duplication des travaux en cours par l’OIC/SMIIC et créer une confusion au niveau du commerce international.

- Le Codex n’est pas habilité à interpréter des textes religieux.

Il est, par ailleurs, souligné que des travaux pourront être poursuivis au sein du comité afin de comprendre et définir les problèmes relatifs aux revendications/préférences des consommateurs dans le cadre du commerce à l’échelle international.

Puis, le rapport conclut :

- Le Comité a décidé de ne pas procéder à la révision proposée et a convenu que Les délégations de l’Iran et la Turquie préparent un document de discussion sur les enjeux autour des préférences revendiquées par les consommateurs ( dans le cadre du mandat du CCFL [2]). Le document sera examiné lors de la prochaine session.

- Le Comité a noté qu’il y avait des problèmes liés à cette question du halal, qui sont au-delà du mandat du CCFL, et a noté que des discussions par l’ACA [3]/CCEXEC [4] ne sont pas exclues pour une implication potentielle plus large pour le Codex.


[1] Le rapport du Codex :

PDF - 437.3 ko

[2] (Comité du Codex sur l’étiquetage des denrées alimentaires)

[3] (Commission du Codex Alimentarius)

[4] (Comité exécutif de la Commission du Codex Alimentarius)


modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

 
A propos de ASIDCOM
A propos d’ASIDCOM Créée en 2006 et présidée par Abdelaziz Di-Spigno jusqu’à juin 2011, l’association ASIDCOM est une association de consommateurs musulmans, déclarée ( type loi 1901) le 3 octobre 2006 en Préfecture des Bouches-du-Rhône, puis déclarée le 28 janvier 2013 à la Préfecture du Nord et elle (...)
En savoir plus »