samedi, 24 juin 2017
 

La recherche du licite impose : L’étourdissement des volailles est désormais illégal en Algérie

Le Ministre de l’Agriculture de l’Algérie Abdelwahab NOURI a critiqué la polémique au sujet de l’étourdissement des volailles dans les abattoirs algériens. Il a insisté qu’il faut renforcer le contrôle des abattoirs pour « combattre » ce phénomène (étourdissement par bain électrique) qui nuit à l’image et la qualité des viandes algériennes.

Au sujet de la fatwa du ministère des affaires religieuses, il dit qu’elle ne méritait pas autant de médiatisation. En effet, selon lui, les abattoirs rattachés au ministère de l’agriculture utilisent tous l’abattage religieux (sans étourdissement). Les abattoirs utilisant la méthode du bain électrique le font dans l’illégalité.

Selon Mr Jamal BARCHICH, le chargé de presse du ministère de l’agriculture, Il existe en Algérie 1822 abattoirs (modernes et traditionnels) de volaille. La plupart de ces abattoirs pratiquent l’abattage rituel et n’utilisent aucun type d’étourdissement. Concernant les abattoirs utilisant l’étourdissement, ils sont minoritaires et ils travaillent dans l’illégalité. Ceci nécessite de renforcer les contrôles de la part du ministère de l’Agriculture.

De son côté, le président de l’association algérienne des viandes, Mr Mohammed RAMRAM, a confirmé que de nombreux abattoirs utilisent le bain électrique. Il a aussi appelé le ministère de l’agriculture à renforcer ses contrôles car ces abattoirs commercialisent des viandes haram.

Mr Mustapha ZEBDI, le président d’APOCE d’Alger (l’Association de Protection et d’Orientation du Consommateur et son Environnement), rappelle que son association a souligné la problématique de l’utilisation de l’étourdissement en Algérie depuis longtemps. Il a rappelé qu’il a appelé depuis longtemps à la nécessité d’interdire ces pratiques. Il a aussi informé que le ministère de l’agriculture parlait de 50% d’abattoirs de volaille qui pratiquent l’étourdissement par bain électrique en Algérie.

Ces réactions viennent suite à la dernière fatwa du Conseil Algérien de l’Ifta. Ce dernier a rendu illicite l’étourdissement des volailles avant leur abattage religieux. De même le Conseil a recommandé la nécessité de la formation des bouchers sur les préceptes islamiques.

Le conseil algérien de l’Ifta s’est réuni le 20 juin 2014, suite à la polémique suscitée, depuis un mois, par un décret du ministère du commerce autorisant l’utilisation d’étourdissement pour les volailles et les ovins.

Il est peut-être temps que les acteurs du marché halal prennent conscience du refus des consommateurs musulmans des différentes méthodes d’étourdissement.

Les responsables de la Grande Mosquée de Paris et la Grande Mosquée de Lyon ont-ils saisi le message venant d’Alger ?

Bravo aux consommateurs musulmans en Algérie et à l’APOCE !

Il ne reste plus au ministère du commerce algérien qu’à abroger son décret. La vigilance des consommateurs quant à elle va surement pousser le ministère de l’agriculture à faire son travail en renforçant les contrôles.

En attendant, les autorités françaises vont-elles continuer longtemps leur entêtement à vouloir imposer aux consommateurs musulmans des méthodes incompatibles avec leurs cultes ?


2 commentaires

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)

 
A propos de ASIDCOM
A propos d’ASIDCOM Créée en 2006 et présidée par Abdelaziz Di-Spigno jusqu’à juin 2011, l’association ASIDCOM est une association de consommateurs musulmans, déclarée ( type loi 1901) le 3 octobre 2006 en Préfecture des Bouches-du-Rhône, puis déclarée le 28 janvier 2013 à la Préfecture du Nord et elle (...)
En savoir plus »