vendredi, 18 août 2017
 

Ramadhan et nutrition : une spiritualité alimentaire

Le livre sacré de l’Islam recommande aux musulmans de se tenir au juste milieu lors de leur dépenses : « Qui, lorsqu’ils dépensent, ne sont ni prodigues ni avares mais se tiennent au juste milieu. » (Coran : Le discernement, 67). Ils sont, ainsi, appelés à jouir des bienfaits accordés par Dieu et de manger de la bonne nourriture : "Qui a interdit la parure de Dieu, qu’Il a produite pour Ses serviteurs, ainsi que les bonnes nourritures ?".(Coran : Al-Araf, 32). Mais il leur est aussi recommandé d’éviter le gaspillage dans ce qu’ils consomment : « …et ne commettez pas d’excès, car Il [Dieu] n’aime pas ceux qui commettent des excès ». (Coran : Al-Araf, 31).

Paradoxalement, durant le mois du ramadhan, qui est un mois d’adoration, beaucoup de musulmans tombent dans l’excès et génèrent des formes de gaspillage et de surconsommation. Ce phénomène a des conséquences considérables sur la santé physique et spirituelle de l’individu au cours de ce mois, et même à long terme. Le Docteur Gilles Demarque, explique sur son site (http://www.nutrilionnel.com), que certains jeûneurs peuvent prendre jusqu’à dix kilogrammes au cours du mois du ramadan. C’est l’une des raisons qui nous fait penser que le consommateur musulman a besoin de se former pour mieux respecter l’éthique musulmane concernant ses habitudes de consommation. Une telle démarche devrait permettre de préserver la santé du jeûneur, l’environnement mais aussi de participer à une distribution plus équitable des richesses. C’est dans cet esprit qu’ASIDCOM a voulut interviewer le Docteur nutritionnel Gilles Demarque, auteur du livre "La faim des régimes", afin qu’il apporte aux jeûneurs des conseils pour un régime alimentaire adapté au jeûne durant le mois du ramadhan et ses spécificités :


ASIDCOM : Quel est le nombre de repas que vous conseillez aux jeûneurs, durant la soirée et la nuit ?

Dr Demarque : Trois.
- Le premier, dans un but de réhydratation, rappelez vous que nous mourrons dix fois plu vite de soif que de faim. Il faudra être encore plus vigilant cette année et les cinq années à venir car le jeûne du Ramadan présentera cette double caractéristique : durée et chaleur la plus dure du cycle ; il est donc nécessaire de rompre le jeûne par une soupe sans graisses, normalement salée complétée ou non de lait qui permettra une réhydratation rapide tout en apportant des calories rapidement disponibles, n’oublions pas que si le lait et les fruits et légumes sont constitués à plus de 90% d’eau, ils sont également constitués pour le lait de lactose , pour les fruits et légumes de Fructose, qui sont des sucres rapides. Leur valeur calorique est non négligeable pouvant aller pour certains fruits et légumes jusqu’à plus de 50 kcal aux 100 grammes, par ailleurs, le lait, les fruits et les légumes rechargent en vitamines, grosses molécules que nous ne savons pas fabriquer pour la simple raison que nous avons toujours mangé ces aliments qui en contiennent naturellement suffisamment pour couvrir nos besoins.
- Le deuxième, pour un apport énergétique à haut rendement : le 2° repas doit être sucré, Miel, fruits, légumes, céréales, fruits secs lait et céréales Toujours en buvant de l’eau entre les repas, de l’eau ou d’autres boissons à table
- Le troisième pour l’anticipation du jeûne à venir, il doit être riche, gras, contenant des féculents , toujours en buvant de l’eau, il doit être paradoxalement salé afin de retenir l’eau pour la journée qui s’annonce.

ASIDCOM : Dans votre article « Régime Ramadan », vous déconseillez de rompre le jeûne avec des dattes. Mais il s’agit là d’une tradition prophétique que les musulmans, pratiquent depuis quatorze siècles qu’ils tiennent à suivre durant le mois du ramadhan. Celle-ci consistant en rompre le jeûne avec une, trois ou cinq dattes (rarement plus), accompagnées d’un verre de lait ou d’un verre d’eau, suivit de cinq à dix minutes consacrées à la prière du Maghreb avant de reprendre le repas en commençant par une soupe. Sachant qu’il s’agit d’un sucre lent, pensez-vous que votre avis reste valable dans ces conditions ? Pourquoi ?

Dr Demarque : La question est peut être à chercher dans les interprétations, faut il rompre le jeûne par quelques dattes accompagnées d’un verre de lait ou bien un verre de lait avec une, deux, trois ou cinq dattes.



ASIDCOM : Quels sont vos conseils aux jeûneurs pour un régime alimentaire équilibré durant le mois du ramadhan, sachant que cette année les journées seront longues, et en plein été ? Dr Demarque : La structure et l’ordre chronologique étant établis, il faut définir le rythme en fonction de la saison. Cette année, je conseille de faire le premier repas dès la rupture du jeûne, le deuxième juste après la prière du soir et le dernier au plus près de la prière du matin. Mais soyons raisonnable , c’est cela l’équilibre, et préférons de faire le troisième repas avant de se coucher.



ASIDCOM : La consommation de viande est-elle bénéfique pour le jeûneur ? Quelles sont les limites minimales et maximales de sa consommation ?

Dr Demarque : De manière générale, il est préférable de manger plus d’accompagnement que de protéines, c’est à dire plus de légumes que de viande, c’est encore plus vrai pour le jeûneur car n’oublions pas que les protéines se dégradent en acide urique, et de l’acide dans le corps, ça fait mal, (crampes, douleurs articulaires accentuées, calculs dans les reins….)



ASIDCOM : On trouve actuellement sur les marchés une grande variété de produits Halals, notamment en charcuterie. Mais malheureusement ces produits sont des produits de bas de gamme et de très mauvaise qualité comparés aux mêmes types de produits non labellisés Halal. Que conseillez-vous aux consommateurs musulmans quant à la consommation de ces produits durant le mois du ramadhan et de façon générale ?

Dr Demarque : Vous parlez en début de votre article de discernement, c’est un bon exemple.



ASIDCOM : Que pensez-vous de la consommation des merguez ?

Dr Demarque : Je ferai la même remarque, en précisant que je ne connais pas de merguez sans sel.



ASIDCOM : Faut-il changer les ingrédients de son repas en fonction des saisons ? Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?

Dr Demarque : Vous avez compris mon point de vue, ce ne sont pas les ingrédients qu’il faut changer, c’est le rythme qui doit être adapté aux saisons, à la nature…



ASIDCOM : Que pensez-vous de la substitution du sucre par le miel pour le thé ou le café, surtout pendant le mois du ramadan ?

Dr Demarque : Tous deux sont des produits fabriqués par des sociétés, l’un par les abeilles, l’autre par les humains, nutritionnellement je pencherai pour le miel, après c’est une affaire de goût.



ASIDCOM : Les jeûneurs dépensent beaucoup d’énergie, en veillant le soir dans des prières volontaires durant le mois du ramadhan. Au cours du ramadhan prochain, ces prières peuvent durer jusqu’à minuit, voire plus tard dans la soirée. Quelles sont vos conseils aux jeûneurs, veillant ainsi pour un régime alimentaire adapté à cette activité spirituelle ?

Dr Demarque : Minuit est une heure acceptable, cela ne change pas le rythme alimentaire.



ASIDCOM : D’après vous, y a-t-il un rapport entre les conditions climatiques du milieu de résidence de l’individu et la nature des produits alimentaires qu’il doit consommer ?

Dr Demarque : Bien sûr, les modifications doivent se faire sur l’apport hydrique et le sel.



ASIDCOM : Dans ce cas et d’un point de vu nutritionnel, faut-il favoriser la consommation de produits provenant de France à ceux importés ?

Dr Demarque : Je ne comprends pas la question.



ASIDCOM : Dans un verset coranique, il est conseillé de manger cinq fois par jour, sans excès : « Ô enfants d’Adam, dans chaque lieu de Salat (prière) portez votre parure (vos habits). Et mangez et buvez ; et ne commettez pas d’excès, car Il [Dieu] n’aime pas ceux qui commettent des excès. » (Coran : Al-Araf, 31). Pensez-vous que le fait de manger cinq fois par jour peut être adapté à un bon régime alimentaire ? D’après-vous, y a-t-il une relation entre le fonctionnement du système digestif et la longueur de la journée ?

Dr Demarque : Oui, nous sommes une partie détachée de la nature, mais nous en faisons partie et nous répondons à ses lois.



ASIDCOM : Dans quel ordre doit-on manger les légumes, les fruits et la viande durant les repas ? Pouvez-vous nous expliquer pourquoi ?

Dr Demarque : Au cours du troisième repas, cela n’a aucune importance, tout se mélange dans l’estomac.



ASIDCOM : A l’occasion de la fin de chaque ramadhan, les musulmans consomment beaucoup de gâteaux et de boissons sucrées lors de la fête de l’Aïd. Pouvez-vous nous donner des conseils là-dessus ?

Dr Demarque : Le Plaisir ne peut être reconnu que s’il est rare.



ASIDCOM : De nos jours et d’un point de vue éthique, la consommation de viande est mise en cause suite aux graves conséquences de l’élevage et l’abattage industriel sur l’environnement et le bien être animal. D’après-vous, jusqu’à combien peut on réduire le nombre de repas accompagné de viande par semaine ?

Dr Demarque : Le bon message délivré par santé.bouger.fr est de manger en temps normal des protéines une à deux fois par jour.



ASIDCOM : Un dernier mot ?

Dr Demarque : Je n’aime pas les derniers mots, mais je vous direz peut-être que lorsque vous parlez de discernement cela me fait penser à Épictete qui définissant la Logique, disait que quatre attributs lui revenaient en propre : La capacité de discerner, d’examiner, de mesurer et de peser.

Cette pensée est tout à fait adaptée à la manière dont chacun doit se nourrir.



ASIDCOM : Nous vous remercions pour votre accueil et vos réponses que nous espérons bénéfiques aux consommateurs, in shâ Allah ! S’il plaît à Dieu !



Docteur Gilles DEMARQUE 124 rue de la Pompe, Paris 16ème. Tél : 01.45.53.08.57//06.11.113.113 Site Internet : http://www.nutritionnel.com Consuler le dossier spécial ramadan


NB : Le mois de Ramadhan se termine par le versement de la Zakât (aumône de plusieurs euros par membre de la famille et destinée aux plus pauvres) avant la prière collective et familiale de la fête de l’Aïd El Fitr. Toutes les soirées du Ramadhan sont accompagnées par la récitation du Coran par deux hizbs ( partie correspondant à 1/30ème du Coran) soit 12 rakats après la 5ème prière de la nuit (Aïcha).


 
A propos de ASIDCOM
A propos d’ASIDCOM Créée en 2006 et présidée par Abdelaziz Di-Spigno jusqu’à juin 2011, l’association ASIDCOM est une association de consommateurs musulmans, déclarée ( type loi 1901) le 3 octobre 2006 en Préfecture des Bouches-du-Rhône, puis déclarée le 28 janvier 2013 à la Préfecture du Nord et elle (...)
En savoir plus »